• Cette année je regarde beaucoup les jeux ... j'ai toujours suivi attentivement cette compétition mais cette année - puisque je ne travaille pas - je prends le temps de m'attarder devant ma télévision et de découvrir des sports peu médiatisés (tir, équitation, aviron ...)

    Au terme de la première semaine, la France compte 23 médailles et est actuellement la cinquième nation (derrière les intouchables américains et chinois ... puis les anglais (mais il faut leur en déduire au moins deux injustement gagnées à mon sens) et les coréens qui survolent certaines épreuves).

    Les deux sports majeurs qui nous ont rapporté le plus de médailles à ce jour sont la natation et le judo.

    La natation est un de mes sports préférés depuis longtemps (je crois que c'est parce que j'adore les nageurs  ..... !!! que c'est parce que je pratique depuis bien des années) et je regarde systématiquement les compétitions retransmises ... je suis donc particulièrement fière cette année des exploits de nos nageurs ... Camille Muffat en tête de file chez les filles, Yannick Agnel qui décroche de bien belles médailles, Florent Manaudou (le petit frère de la grande Laure) qui m'a scotchée avec un 50 mètres nage libre qu'il survole de la tête et des épaules et tous les autres (dommage par contre pour Camille Lacourt qui échoue au pied du podium) ... quelle belle équipe ...


    Il faut bien entendu citer les exploits de Michael Phelps, le plus grand champion de tous les temps et le plus médaillé, qui conclut sa carrière magistralement. J'adore vraiment ce merveilleux champion, souriant et simple. Ryan Lochte, un de ses compatriotes, s'est également ici illustré ..

    En judo, on retiendra les superbes prestations des filles et le magnifique combat de Teddy Riner qui était très attendu ... il décroche une médaille d'or étincelante ...

    En tennis, les paires Tsonga/Llodra et Gasquet/Benneteau montent sur le podium et remportent respectivement les médailles d'argent et de bronze en double.

    On oubliera l'escrime (zéro pointé au compteur) et l'équitation (je crois encore quelques chances mais rien de flamboyant pour l'instant), c'est la bérézina ... !!

    Les épreuves d'athlétisme ont démarré il y a deux jours et Usain Bolt fait déjà son show ... ce soir en lice pour le mythique 100 mètres ...

    Des jeux olympiques magnifiques malheureusement entachés par le manque de fair-play de quelques sportifs anglais qui abusent de leur statut de "locaux" en "trichant" ... en cyclisme et en aviron, des épreuves ont dû être interrompues suite à leurs "défaillances" .... je n'ai nulle envie d'entrer en polémique ici mais je suis un peu abasourdie par ce genre de comportements visiblement cautionnés par les arbitres et juges locaux aussi donc (réclamation des français rejetée en aviron) !!!!! ...

    En tout cas, je passe des super moments devant des prestations émouvantes, magiques, exceptionnelles ... des français ou des autres ...


    votre commentaire
  • Les Mondiaux de natation qui se déroulaient à Shangaï se sont conclus sur une médaille d'argent de Camille Lacourt dans l'épreuve du 50 mètres dos, à seulement sept centièmes de l'or, à cause d'un toucher de mur un chouïa raté, au profit de son principal rival Liam Tancock qui conserve donc son titre.

    Ces Mondiaux auront été marqués par le doublé historique de Camille Lacourt (ah Camille !) et Jérémy Stravius qui se sont partagés la première marche du podium sur l'épreuve du 100 mètres dos, le chronomètre n'a pas réussi à les départager au terme d'une course fabuleuse.

    A l'issue des épreuves, la France ramène donc dix médailles, un exploit : outre, les deux médailles de Camille Lacourt (le plus titré en individuel), les trois de Jérémy Stravius (une en individuel, deux en relais), les autres champions sont la jeune Camille Muffat sur 200 m et 400 m libre (bronze), William Meynard sur 100 m libre (bronze), Alain Bernard sur 50 m libre (bronze) et Mélanie Henique sur 50 m papillon (bronze). Les deux relais messieurs du 4x100 m libre et du 4x200 m libre ont touché l'argent.

    Ces Mondiaux m'auront également fait remarquer James Magnussen, l'australien, qui remporte l'épreuve reine, le 100 m libre (le premier champion australien de l'histoire dans cette discipline - et il est fort charmant le jeune homme !!), et qui a réalisé un parcours incroyable aujourd'hui dans le relais 4 x 100.

    Ou encore m'ont régalé par les différents exploits de Michael Phelps qui reste le roi du papillon et meneur d'une équipe américaine vainqueur du 4 x 100 juste devant l'Australie donc (la France échoue de peu pour atteindre cette finale qui aurait pu être à leur portée), et exploits aussi de César Cielo ou encore Ryan Lochte.

    La France termine 5ème nation derrière les Etats-Unis, la Chine, le Brésil et l'Australie, et première nation européenne surtout.

    Vivement les JO de Londres l'année prochaine pour retrouver tous ces grands nageurs.

    J'ai moins suivi les épreuves féminines mais certaines grandes championnes se sont démarquées.


    votre commentaire
  • Cet après-midi j'ai eu l'opportunité de suivre deux matches (je n'ai pas Canal + chez moi et je suis obligée de suivre sur le net et du coup je le fais très vaguement ... !!) et j'ai pu assister à un bataille de Marion Bartoli qui, après avoir eu trois balles de match contre elle en deuxième set, renverse la vapeur pour égaler sa partenaire puis l'étouffer dans un troisième set qui aurait pu tourner à la catastrophe car elle a eu quelques problèmes de souffle ... elle en a finalement trouvé un second pour s'imposer 6-2 dans la dernière manche ...

    Le deuxième match que j'ai suivi opposait Andy Roddick, un habitué de l'herbe anglaise et un des meilleurs de la décennie sur cette surface, à l'espagnol Feliciano Lopez ... je n'avais que parfois entendu son nom mais l'espagnol n'a jamais vraiment brillé dans les tournois du Grand Chelem - préférant le vert au rouge d'ailleurs, ce qui est surprenant pour un ibère !! - et je n'avais jamais eu l'occasion de le voir jouer ni de constater que c'est surtout un sportif fort charmant !!! Outre ses qualités tennistiques puisqu'il a réussi l'exploit de battre l'américain en trois manches (7/6 - 7/6 - 6/4) il a des yeux d'un vert hallucinant et un corps de rêve ...

    Cela fait pourtant plus de dix ans qu'il fréquente les courts mais n'ayant jamais eu de vraiment bons résultats je ne l'avais jamais vu jouer (ou fait attention à lui ... quelle erreur !!).

    S'appuyant sur un excellent service et une bonne première balle, le gaucher au revers à une main sait aussi placer la balle dans le court (enfin je veux dire qu'il flirte avec les lignes et trouve de bons angles) et déborder son partenaire.

    Il a su surtout cet après-midi s'imposer aux bons moments (surtout au tie-break de la seconde manche où il se détache rapidement pour obtenir pas moins de quatre balles de set).

    Actuellement 44ème joueur mondial et fort d'une bonne saison 2011, il s'offre le luxe de battre la tête de série n°8 ... un exploit que j'aimerais bien qu'il renouvelle pour aller le plus loin possible dans le tournoi.

    Je vais le suivre attentivement en tout cas .. en alternance avec mon beau suédois adoré qui a fait un match titanesque hier contre Hewitt .. Soderling était largement mené deux manches à rien mais s'est finalement imposé en cinq sets. Il est trop fort Robin !


    votre commentaire
  • Cette année aura été un Roland Garros de tous les records :

    - mon record personnel d'heures de tennis devant mon poste de télévision ...

    - mon record de cerises avalées (ne me demandez pas pourquoi mais j'adore manger des cerises en regardant le tennis) ...

    - la victoire hier historique et inédite de la chinoise Na Li (ou Li Na, c'est comme vous voulez) qui gagne sa finale contre l'italienne en deux sets et de belle manière (je n'ai vu qu'un résumé, je suis allée au cinéma (hors sujet : voir mes critiques sur mon blog ciné ...) ....) ... la jeune femme permet à son pays de gagner une victoire en tennis pour la toute première fois ...

    - la 6ème victoire de Rafaël Nadal en quatre sets (7/5 7/6 5/7 6/1), imperturbable et imbattable aujourd'hui face à un Roger Federer capable d'aligner six à sept fautes directes et perdre des avantages, balles de break et deuxième manche (on pourrait presque dire que, certes Nadal a gagné, mais aussi Federer a perdu tant il a fait de fautes balançant des balles dans le fond du filet ou faisant d'énormes toiles) ... et qui égale ainsi le record jusqu'à ce jour détenu par le suédois Bjorn Borg (mon premier amour tennistique !! déjà un suédois .. !!) ...

    Ce fut une guerre des nerfs et ça c'est joué à peu de chose, mais l'espagnol est plus sûr et plus convaincant sur les points importants et assure une défense phénoménale, fatiguant son partenaire à l'heure d'attaquer une quatrième manche qui ne sera qu'une formalité.

    Car le suisse, dans un sursaut d'orgueil arrive toutefois à lui voler le troisième set au terme d'un terrible combat en proposant des points de toute beauté et en éliminant les déchets de son jeu trop inégal.

    Mais l'espagnol est le meilleur sur la longueur et dans la concentration. Fait moins de faute, est le plus constant, le plus cinglant et concrétise surtout des points cruciaux alors que son adversaire lui offre des double-fautes déconcertantes ou autres coups beaucoup trop longs ou dans le couloir, ce qui ne lui permet pas d'asseoir son avance (dans la première manche Nadal s'octroie sept jeux d'affilées pour finalement l'emporter après avoir été mené de deux breaks et même une balle de set contre lui ).

    Je suis un peu déçue car il est vrai que le suisse était mon favori dans cette finale, Nadal on l'a déjà trop vu et a déjà tout gagné et plusieurs fois (alors qu'il n'a que 25 ans, un phénomène ce gaillard). Mais au vu de ce match, il mérite toutefois sa victoire car on a bien senti sa suprématie tout le long du match, tant technique que physique ainsi qu'émotionnelle. Il a été plus incisif, plus conquérant, plus batailleur, ne lâchant jamais rien, aucun point, ramenant toutes les balles même les plus improbables et les plus tranchantes. Roger a lâché prise sur la quatrième manche, se sentant dépassé dans tous les secteurs du jeu et attaqué un peu mentalement après la perte surtout du premier set qui lui semblait pourtant acquis.

    J'aimerais toutefois qu'ils délaissent tous deux un peu les courts au profit de ceux qui bataillent derrière (mon petit Soderling par exemple !!) ... mais ils ne sont apparemment pas prêts de lâcher l'affaire ni de prendre leur retraite !!!! .... y'a pas à dire ils sont deux à dominer le tennis actuellement (bon trois avec Djokovic ... allez quatre avec Soderling !! ... lol) et ils nous offrent de magnifiques luttes au cordeau ... bravo à ces deux magnifiques champions qui nous ont offert une finale de rêve pendant trois sets ... aujourd'hui, le meilleur a gagné ... Rafaël Nadal est entré dans la légende ...

    Allez, rendez-vous maintenant fin juin pour le gazon de Wimbledon ...

     

     

    **********************************************************************************************************************************

    Federer et le jour sans fin


    Roland-Garros

    Roger Federer savait le rite obscur qui le mettrait au supplice, les balles lourdes, les cavalcades ennuyeuses, les milliers de revers à frapper haut, péniblement, souvent au-dessus de l’épaule, où personne n’irait même chercher une mouche.

    Roger Federer l’a déjà vécu quatre fois, dans de funestes capitulations. Hier, ce fut la cinquième, dans une continuité presque parfaite, n’était cette impression furtive, vaguement palpable, que le cours de l’histoire pouvait changer – mais peut-être tout le monde avait-il envie d’y croire? Or cette année encore, d’une danse du scalp, Rafael Nadal a conclu par de plates excuses à sa victime: «Désolé, Roger, tu es fantastique.»

    Pour remporter Roland-Garros, il faut mêler deux vertus antinomiques, le talent et la besogne. Pour y battre Rafael Nadal, il faut ajouter une dimension homérique. Pour réunir autant de conditions sine qua non, à bientôt 30 ans, sans aucune nécessité, il faut être un champion racé, hors du temps. Précisément, Roger Federer le fut, mais n’a pas su le matérialiser: «Je n’ai pas saisi les opportunités de remporter des jeux importants. Ce sont mes seuls regrets.»

    Une entame de match optimale
    D’entrée, le Bâlois a éprouvé ses résolutions offensives aussi sûrement que la tolérance au renoncement de son cadet, déclassé au plan technique. A 5-2, Federer régnait sur les lieux, maître et seigneur, adoubé par la foule. A 5-3, il était à deux millimètres de remporter le premier set. A 5-4, allez comprendre, il est devenu fébrile et hagard, tétanisé au service, indécis en coup droit. Sept jeux ont défilé sans lui.

    Il n’est pas de plus grande conquête que celle-ci, sur les terres imprenables de Nadal. En toute bonne foi, Roger Federer reconnaît avoir échoué, encore et encore: «J’ai essayé de le fatiguer, de le frustrer avec un jeu en variations. J’ai senti au troisième set qu’il était émoussé, mais c’est moi qui, en réalité, ai manqué d’influx. Rafa était le meilleur. Il faut savoir l’admettre.»

    L’Espagnol n’a pas changé de mode opératoire: avec un lift plein de ressort, il a pilonné le revers et cherché la profondeur sans relâche, pour profiter ensuite de la moindre ouverture. Quand Roger Federer, vendredi, pouvait s’appuyer sur la vitesse de balle de Novak Djokovic, hier, il était réduit à rabattre des trajectoires arquées, dont la lourdeur ajoutait à sa peine. D’un ping-pong en demi-volée, il est passé au badminton, la légèreté en moins.

    Le ciel, juste ciel, aurait pu lui venir en aide. Il a envoyé la pluie au moment où Rafael Nadal servait une balle de deuxième set, et menacé d’intervenir à chaque instant. Mais rien ne pouvait troubler la destinée exceptionnelle de Rafa Ier, roi des types et de la terre.

    Un autre Federer
    «Je suis sincèrement heureux de mon tournoi, soupire Roger Federer. Après Rome, j’ai ressenti une grande fatigue, je n’entendais plus le réveil sonner. Aujourd’hui, je suis particulièrement soulagé de constater que je suis là, en finale d’un Grand Chelem, en bonne santé et confiant.»

    Restera que pour la deuxième fois de sa carrière, Roger Federer surgit d’une relative indifférence, porté par des ardeurs juvéniles, avec un jeu plus instinctif et éclectique. Après avoir tout gagné, repu de gloire et de déférence, le maître entre dans un autre processus que simplement gagner ou perdre, réussir ou échouer. Il joue pour lui, pour «d’autres raisons», plus profondes et personnelles. Peut-être est-ce pour briller aux yeux de ses jumelles. Peut-être est-ce pour mieux entrer dans sa nouvelle vie. Peut-être est-ce pour vivre pleinement, débarrassé des objectifs parasitaires, un amour immodéré du tennis. Peut-être est-ce un moment d’éternité dans la carrière légendaire de Roger Federer.

    «Le vrai Rafa est celui qui gagne et qui a mal»

    Avec six trophées des Mousquetaires, Rafael Nadal égale le record mythique de Björn Borg, à l’âge même où l’ange blond avait pris sa retraite, fuyant l’effort et l’hystérie. «C’est un honneur de partager ce record, mais ce n’est pas le plus important», a banalisé l’Espagnol, un rien bougon.

    Sur la balle de match, ses yeux semblaient contenir la tension et les doutes qui, du début à la fin, l’ont accompagné dans ses tribulations parisiennes. «Je suis arrivé ici avec moins de confiance que d’habitude. Ce printemps, j’ai perdu à deux reprises contre Djokovic et c’était dur à accepter. Mais je me suis ressaisi.»

    Nadal fera plus tard une confession troublante: «Le vrai Rafa est celui qui gagne et qui a mal.» A contrario, le vrai Rafa n’est pas masochiste:

    «A l’entraînement, je jouais bien. Je ne comprenais pas pourquoi, en montant sur le court, je devenais fébrile et anxieux. Je ne trouvais pas la solution, c’était assez angoissant. Et puis, il y a eu Söderling. Soit je jouais bien, soit je rentrais à la maison.»

    Sa tactique, en finale, ne comportait aucune innovation majeure: «Mon style est différent de celui de Djokovic. J’ai essayé de faire jouer Roger dans les airs, à hauteur maximale, de telle façon qu’il ne puisse pas entrer dans le court.»

    A tout juste 25 ans, Rafael Nadal remporte son dixième titre du Grand Chelem, six de moins que son aîné, avec des temps de passages record. Le débat temporel, à nouveau, l’exaspère:

    «Je ne cherche pas forcément à devenir le meilleur de l’histoire. Je suis content de ce que j’ai, de ce que je suis. J’ai une infinie reconnaissance pour tout ce que j’ai reçu. Comment pourrais-je demander davantage?»

    Roger Federer n’est pas moins irrité: «Dix titres, ou seize, on s’en fout. A la fin, chacun de nous tirera son bilan personnel et sera fier de ce qu’il a accompli. Aujourd’hui, je suis content pour Rafa, il a pu montrer qu’il sait jouer au tennis. Je trouve navrant qu’il doive encore le prouver; comme moi d’ailleurs…»
    Ch. D.


    votre commentaire
  • Roger Federer et Novak Djokovic ont pénétré sur le court à vers 17 h 30 après un long match entre Nadal et Murray un peu mou et inintéressant, malgré quelques magnifiques points. Nadal bat sans surprise l'écossais, trop inconstant, capable de réaliser des prouesses puis de lamentables fautes directes, tandis que l'espagnol sait parfaitement négocier les points importants en forçant la qualité de son jeu, toujours si excellent défenseur, se battant sur tous les points. Il a dominé son affaire en trois sets secs, de la tête et des épaules, supérieur dans tous les domaines à l'écossais trop irrégulier. Mais on a pu assister toutefois à de bien belles compositions de points et à des claques cinglantes de part et d'autre.

    Dans le deuxième match de la journée, Roger se détache très vite pour mener deux sets à rien. Le premier a été de toute beauté remporté au tie-break et la perte de la manche a été fatale au serbe qui ne s'est repris qu'au troisième set.

    Voilà les deux hommes embarqués dans un quatrième en toute fin de journée. L'arbitre laisse jouer. Ils termineront le match à 21 h 30 passés, Federer apportant une bien jolie conclusion à un tie-break (encore) acharné par un ace pleine ligne. Ce quatrième set a été juste phénoménal, les deux joueurs nous offrant un spectacle de toute beauté, d'une incroyable intensité, marquant des points fabuleux. Finalement, le suisse gagne le match avec une classe inégalable.

    J'aime vraiment beaucoup Roger Federer et j'aimerais tellement qu'il batte ce diable de Nadal qui m'énerve ...

     

     

    Premier joueur à battre Novak Djokovic cette saison, ce vendredi lors des demi-finales de Roland-Garros (7-6, 6-3, 3-6, 7-6), Roger Federer disputera face à Rafael Nadal sa 23e finale dans une levée du Grand Chelem. Le Suisse, auteur d'une performance de haute facture, savoure ce moment même s'il répète à l'envie que le tournoi n'est pas terminé. Confiant, le Suisse croit en ses chances face à l'Espagnol qui l'a toujours battu sur la terre battue parisienne.

    Roger, qu'est-ce que cela fait d'être le premier joueur à battre Djokovic cette année ?
    Je voulais faire un grand match aujourd'hui pour atteindre la finale. Je suis ravi d'avoir pu le faire. Mais je n'ai pas gagné le tournoi. Le trophée est toujours à gagner, et j'ai hâte de jouer contre Rafa qui est mon véritable rival depuis tant d'années. C'est un peu comme s'il fallait que Rafa soit toujours en finale de Roland-Garros. J'ai hâte de jouer ce match après avoir battu Novak.

    Est-ce le meilleur match que vous ayez joué en 2011 ?
    Oui, je pense. Enfin, j'espère. Parce que je crois que l'on a joué à un très haut niveau, sur une longue durée. J'ai très bien joué aujourd'hui. L'entame a été difficile puisque l'on s'est pris mutuellement notre engagement mais c'est souvent comme ça quand on joue l'un contre l'autre avec Novak. Je voulais aussi rendre ce match le plus physique que possible. Et je suis parvenu à le faire. Le gain des deux premières manches m'ont rendu fort mentalement. A la fin je savais que je devais réussir à conclure pour ne pas avoir à revenir demain. Je suis content de ne pas avoir à le faire (rires). Cela a été un très, très grand match des deux côtés.

    En regardant le match, certains d'entre nous se sont dit : «c'est du tennis vintage, un petit peu comme en 2008 à Wimbledon contre Nadal». Etes-vous d'accord avec cela ?
    Oui, mais je n'avais pas disparu non plus depuis 2008. J'ai quand même joué quelques bons matches. J'ai continué à faire des sacrifices pour conserver mon niveau de jeu, je n'étais pas en train de bronzer à la plage. Je sais que Novak avait beaucoup de pression en entrant sur le court aujourd'hui et je trouve qu'il l'a très bien gérée. Il a pratiquement poussé à ce que l'on dispute un cinquième set. C'était un plaisir de jouer contre lui. Ses résultats montrent à quel point il joue bien cette saison. En plus, aujourd'hui, on a vu comment la foule me soutient ici à Paris. C'est un très grand privilège que de vivre ces moments-là.

    "Je pense que j'ai une bonne chance de gagner"

    Est-ce qu'à un moment vous avez craint de perdre ?
    Non, très honnêtement, j'avais tout à fait confiance. Je savais que ce match était à ma portée, même quand j'ai perdu le troisième set. Je savais que je pouvais le battre, en tout cas c'était ce que je ressentais sur le court.

    Si l'on compare ce match par rapport à tous ceux que vous avez joué sur terre battue, est-il à classer dans le top 3 des plus beaux ?
    Oui, sachant l'importance, c'est clair que c'est l'un des matches les plus accomplis de ma carrière avec quelques autres. Je suis très fier de ma performance aujourd'hui. C'est vrai que c'était un grand match, maintenant savoir si c'est le meilleur, le deuxième ou le troisième.... L'important, c'est que j'ai réussi une grande performance contre un joueur très en forme. Cela va rester parmi les victoires les plus marquantes de ma carrière, c'est normal. Mais le tournoi n'est pas fini.

    Vous n'aviez plus atteint la finale d'un tournoi du Grand Chelem depuis un an et demi, lors de l'Open d'Australie en 2010. Avez-vous à un moment douté d'en rejouer une ?
    Non pas vraiment. Je suis passé à un point près lors de l'US Open (en demi-finale face à Djokovic, ndlr). J'ai continué à travailler dur et toujours atteint les quarts, si ce n'est pas les demies dans les Majeurs. On peut dire que c'est un nouveau pas en avant, mais si je suis déjà en finale j'aimerais la gagner maintenant. Même si je connais la difficulté à le faire contre Rafa, mais je serai prêt dimanche.

    Avez-vous tiré des enseignements de vos défaites concédées ici contre Nadal ?
    On sait très bien combien de fois il m'a battu ici à Paris. Mais je suis heureux de n'avoir jamais abandonné sous prétexte de ne pas le battre, et je n'ai jamais arrêté d'y croire. C'est sans doute pour ça que j'ai gagné Roland-Garros il y a deux ans, l'une de mes plus belles victoires. Je vais avoir une nouvelle possibilité de battre Rafa et de remporter ce trophée une deuxième fois. Je sais qu'il faudra que je joue un tennis extraordinaire, j'en suis bien conscient, mais j'ai déjà franchi une étape considérable aujourd'hui. Je pense que j'ai une bonne chance de gagner même s'il est au meilleur de sa forme. Et je vais bien me préparer pour la finale évidemment.


    votre commentaire
  • Cette année je regarde beaucoup de matches et j'avoue me régaler ... aujourd'hui Monfils a terminé prodigieusement la partie largement entamée hier en concluant sur une cinquième manche fabuleuse contre David Ferrer ...

    Cet après-midi, j'ai suivi aussi  attentivement le match Simon contre Soderling ... mon coeur ne battait pas pour le français !!!! toute au suédois, j'ai explosé de joie face à la domination de ce dernier de la tête et des épaules sur les deux premières manches, puis frémi d'horreur devant un troisième set indécis où Gilles Simon a largement profité des énormes fautes de son adversaire, un peu relâché après avoir pourtant mené. Le français aligne plusieurs jeux d'affilée pour remonter la situation et contraindre le suédois à un tie-break très serré, conclu sur un 7-5 ... et sur un point magnifique le long de la ligne.

    J'ai failli avoir plusieurs crises cardiaques à chaque balle de match sauvée mais il faut avouer que le français a réussi aussi de bien beaux coups et aux bons moments et quitte le tournoi la tête haute. Il peut être fier d'avoir bien combattu et de n'avoir plié que devant un joueur bien supérieur à lui sur bien des secteurs de jeu.

    Robin Soderling va rencontrer Rafael Nadal pour un quart de finale prometteur, même si l'espagnol montre beaucoup de signes de faiblesses et de fatigue. Il remporte difficilement ses matches, bénéficiant surtout des fautes d'adversaires moindres. Mais face à Soderling qui, rappelons-le, l'a battu il y a deux ans, et cherche peut-être la belle après une finale ratée l'année dernière, il devra monter sérieusement son niveau de jeu.

    Moi je crois sérieusement aux chances du suédois mais il ne faut pas qu'il subisse de moments de relâchement comme lors de son troisième set d'aujourd'hui. Car l'espagnol profitera de chaque chance qui lui sera offerte.

    Et puis Robin cherche cette victoire depuis trois ans et j'aimerais tant qu'il l'obtienne enfin.

    Je l'aime ce suédois ...

    Dans le tableau Messieurs, les quarts de finale verront donc s'opposer :

    Nadal contre Soderling

    Chela contre le gagnant du match qui se joue actuellement entre Murray et Troicki

    Monfils contre Federer

    Le quatrième quart ne se jouera pas, l'italien Fognini annonçant d'ores et déjà son abandon. C'est donc frais comme un gardon que Djokovic, impressionnant depuis le début du tournoi, viendra disputer sa demi-finale vendredi.

    Perso, je verrais bien une finale inédite entre Soderling, lequel s'il bat Nadal sera fort capable de battre Chela ou Troicki largement pour l'instant dominateur sur Murray diminué par une blessure à la cheville même s'il a empoché la troisième manche et mène dans la quatrième, et Djokovic l'homme fort du moment qui enchaîne victoire sur victoire, et même si mon coeur balance sérieusement pour le charmant suédois à fossettes, force est de reconnaître que le serbe pourrait bien gagner le titre cette année.

    Suspense total.

     

    Côté tableau féminin, le suspense est encore plus intense puisque beaucoup de têtes de série sont tombées.

    Les quarts de finale verront s'opposer :

    Kuznetsova contre Bartoli (la petite française se défend bec et ongles comme une diablesse sur les courts)

    Pavlyuchenkova contre Schiavone

    Li contre Azarenka

    Sharapova contre Petkovic

    Sharapova et Li m'ont vraiment sidérée et Schiavone pourrait bien atteindre des sommets si elle délivre son meilleur tennis. J'ai bien peur que la petite française fasse pâle figure si l'italienne se déchaîne.

    Un tournoi vraiment passionnant. Je me régale.


    votre commentaire
  • Rafael Nadal a frôlé la correction au terme d'un match en cinq sets qu'il conclut sur de merveilleux coups de massue face à un adversaire qui a trop donné et qui montre de grands signes de fatigue. Il s'impose finalement mais difficilement. La lutte fut âpre. Mais le match fut de toute beauté avec de part et d'autre des points juste fabuleux.

    John Isner le jeune américain a remporté les deuxième et troisième sets à l'issue de tie-breaks acharnés, grâce surtout à des services foudroyants (plus de 200 km / h) et de très bons retours.

    Mais il est un peu frais et face à Nadal, il ne tient pas la distance.

    Trop de relâchement sur la fin du match et trop de fautes directes ont raison de lui.

    Rafael Nadal explose de joie en fin de partie comme à la fin d'une finale ardue !

    Mais le vacillement de Rafael Nadal peut en faire rêver plus d'un.

    J'avoue que j'aimerais voir un peu trembler la suprématie de l'espagnol, au profit de Robin Soderling peut-être mon suédois unique et préféré qui s'est imposé en quatre sets lors de ce premier tour plein de tension pour les deux finalistes de l'an passé.


    Par ailleurs, Virginie Razzano ébranlée par le décès de son fiancé a fait pâle figure dans tous les sens du terme, la jeune femme trop émue et troublée n'a pas résisté.

    La quinzaine est prometteuse, je vais peut-être un peu délaisser les salles noires pour quelques jours ... !!


    votre commentaire
  • Et à l'instant les handballeurs français s'imposent ... 4ème titre ... BRAVO ...

    Handball : les Français sont champions du monde !

    La France s'impose 37-35 face au Danemark en finale du championnat du monde de handball à Malmö (Suède).

    Et une, et deux, et trois... et quatre étoiles. Pour la quatrième fois, les Français sont champions du monde de handball. L'équipe de Claude Onesta s'est imposée face au Danemark au terme des prolongations, par 37 à 35.

    Après avoir dominé le match sur l'ensemble de la durée réglementaire, les Français se sont fait rattraper dans les cinq dernières secondes de la deuxième mi-temps. En prolongation, les Experts se sont fait peur mais sont parvenus à tenir le choc face à la forte pression danoise.

    A la 70ème minute, la France peut souffler, elle est à nouveau championne du monde. Nikola Karabatic, Bertrand Gille, Mickaël Guigou, Jérôme Fernandez, Xavier Barachet, Didier Dinard, Luc Abalo... Tous les Experts sont bien les dignes descendants des Barjots.


    votre commentaire
  • Florent Amodio décroche pour la première fois de sa jeune carrière le titre de champion d'Europe de patinage artistique juste devant Brian Joubert qui réalise un libre époustouflant remontant de la 7ème place à l'issue des programmes courts à le deuxième, juste derrière son copain de glace. BRAVO A TOUS LES DEUX ...


    Florent Amodio a succédé samedi au «maître» Evgeny Pluschenko sur le toit de l'Europe. En tête après le programme court (78.11 pts), le patineur de 19 ans a préservé son avance en signant un programme libre (148.75 pts) bien maîtrisé malgré deux légères erreurs, dont une sur un triple Ritberger, obtenant ainsi un total de 226.86 points. Il devance au final le champion du monde 2007 Brian Joubert (223.01) et le Tchèque Tomas Verner (222.60). Amodio est le quatrième Français à devenir champion d'Europe après Alain Giletti (1955, 1956, 1957, 1960, et 1961), Alain Calmat (1962, 1963 et 1964) et Brian Joubert (2004, 2007 et 2009).

    «C'est génial. Je suis aux anges. Le travail paie. Je suis aussi tellement heureux pour Brian, Nath' et Fab' qui ont décroché l'or en danse. Nous avons une superbe équipe.» Florent Amodio au micro de France 3


    Joubert revient de loin

    Juste après sa prestation, réalisée sur un medley musical tonique et moderne conclu sur une chanson de Michael Jackson qui a enflammé le public, Amodio s'est dit conscient, sur l'antenne de France 3, d'avoir commis «deux petites erreurs» et de n'avoir pas tenté le quadruple saut parce qu'il ne le «maîtrise pas encore assez». Ce fut toutefois suffisant pour damer le pion aux favoris à l'image du Tchèque Michal Brezina qui a chuté. Ivre de joie, le prodige s'est jeté dans les bras de Brian Joubert revenu samedi du Diable Vauvert.

    Le champion d'Europe 2009 était pourtant loin du podium. Septième du programme court après avoir fait un blocage psychologique sur un triple lutz sur lequel il a chuté, tout comme aux JO 2010 où il a connu le désastre (16e), Joubert a sorti un magnifique programme (152.57 pts), sur les notes de la 9e Symphonie de Beethoven, pour revenir en grâce, et remporter ainsi le libre. Le patineur de 26 ans a décroché la 16e médaille internationale de sa carrière et signé un onzième podium européen de rang. Avec ce doublé final, la France quitte la compétition avec le sourire et surtout trois médailles, dont deux titres, après la victoire vendredi des danseurs Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat. -

    Le premier doublé or-argent depuis 40 ans

    Il faut remonter à l'année 1961 et à la performance d'Alain Giletti et d'Alain Calmat pour retrouver la présence d'un doublé tricolore (or et argent) sur le Vieux Continent (en 2003, Brian Joubert et Stanick Jeannette s'étaient classés 2e et 3e).

    (source : L'Equipe)


    votre commentaire
  • La France brille à ces championnats d'Europe et un de ses chefs de file est Camille Lacourt qui accumule les médailles ... j'aime les nageurs mais celui-là un peu plus !!!!! wouaouh .. quel beau gosse ... je craque .. !!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique