• Quoi de mieux qu'un extrait de TARATATA, émission que je soutiendrai toujours contre vents et marées, pour vous présenter le nouveau single de Yodelice extrait de son nouvel album ... 

    Un album qui regorge de pépites en tous genres et qui, encore une fois, m'enchante les oreilles ... 

    Maxim Nucci est assurément un des artistes majeurs de la scène française actuelle, même s'il chante en anglais ... 

    Si vous avez aimé ses deux premiers opus, vous adorerez certainement ce troisième à découvrir immédiatement si ce n'est pas déjà fait ... 


    votre commentaire
  • Le nouvel opus de Yodelice est sorti en édition limitée! Retrouvez dans les bacs et sur les plateformes de téléchargement légal ce nouvel Ep dont My Blood is burning ou encore More than meets the eye.

    Vous pourrez découvrir Yodelice en Live les 10, 11 et 12 Juin prochain au Festival Papillons de nuits à St-Laurent de Cuves.

     



    votre commentaire
  • moi ca me fait pleurer avec les poils au garde à vous .... putains de frissons ...


    votre commentaire
  • Vous pouvez d'ores et déjà trouver sur ITunes l'album à télécharger mais la sortie physique de l'album est prévue pour ce lundi 25 octobre 2010 ..

    J'adore déjà ...

    Encore plus travaillé et abouti que le premier album ... bon il faut que je l'écoute plusieurs fois pour me faire un avis averti mais à la première écoute j'ai vraiment beaucoup aimé ..

     


    votre commentaire
  • J'adore tout .. le titre, le clip, Maxim Nucci, sa voix, sa musique, son talent, son regard, son sourire, son chapeau .... tout ...

    Maxim et Marion ont interprété également un duo splendide sur le plateau ... Marion a une très jolie voix et chante très bien ... j'aime ...

    Hâte d'avoir l'album ... sortie officielle le 25 octobre 2010 ...


    votre commentaire
  • Double prestation pour YODELICE ... tout auréolé de sa victoire hier pour le Meilleur album Révélation de l'Année, il était également invité par François Cluzet installé sur le canapé rouge de Michel Drucker pour l'après-midi ... deux prestations tout à fait exceptionnelles à mon sens ..

    Maxim Nucci, comme l'a souligné François Cluzet par de bien belles paroles à son encontre, est un artiste complet "irradié" .. il est vrai qu'il rayonne de mille éclats et brillera longtemps encore et sur scène et dans mon coeur ...le clip, diffusé pendant sa prestation, est d'ailleurs signé Guillaume Canet ... !!!!

    C'était MAGNIFIQUE ..

    D'ailleurs, le Vivement Dimanche d'aujourd'hui est très chouette : François Cluzet (non seulement un acteur d'exception mais un homme d'une grande pudeur, sincère et humble, très intelligent et pertinent ...) sait s'entourer et choisir ses invités ... (Guillaume Canet a présenté un témoignage des plus touchants à son égard) .. Jean Réno et Mélanie Laurent sont venus promouvoir un film important qui sort prochainement La Rafle .....

    Et pour conclure, je reprendrais la phrase de Michel Audiard qu'ils ont citée et à laquelle j'adhère complètement :

    "Bénis soient les félés car ils laissent passer la lumière ..."


    votre commentaire
  • La campagne française défile, grise et floue, derrière les fenêtre du TGV qui file vers Marseille. Le staff de Yodelice et les trois membres du groupe, Maxim Nucci (chant, guitare), Xavier Cau (guitare, percu) et Sébastien Grangambe ( violoncelle, harmonica ) trompent l'ennui en habitués des longs trajets répétitifs, la tournée a commencé en mai dernier, avec la sortie de l'album "Tree of life", et depuis septembre, elle s'est intensifiée. Les dates s'enchaînent, les villes, les trains, et les hotêls aussi.
    Maxim se marre en regardant une vidéo sur son Mac, il me montre l'écran : c'est une rubrique de Beurks sur le DVD de Guitar Part, que j'ai amené, histoire de présenter le magazine. C'était inutile, ils le connaissaient déjà, et le feuillettent avidement. Un bon départ, pour les deux jours à passer avec l'équipe : le projet est de suivre le groupe sur deux dates : celle de Marseille le 27 novembre, et de Nice le 28.
    A l'heure du bilan de l'année 2009, lorsque l'on se demande quel sera le groupe de l'année, avec l'angoisse d'avoir oublié quelque chose, il a bien semblé que ce jeune trio faisait partie des oublis. Et pour cause : malgré un disque aux ventes satisfaisantes ( 50 000 ventes ) et une tournée bien remplie, la promo avait été plus que discrète. Pas de coups de fil d'attachés de presse, de mails en cascade... il fallait quelque chose de spécial pour laisser la place que méritait Yodelice, si l'on en jugeait par le disque.
    C'est ainsi qu'était née l'idée de suivre le groupe sur la tournée. Pourtant, ce pari était tout sauf gagné d'avance : peu de groupes acceptent.

    LA FAMILLE:

    A Marseille, le soleil et une température printanière nous accueillent, et la bonne humeur de l'équipe ne faiblit pas à l'arrivée de la salle : le Cabaret Aléatoire est un lieu surprenant, taillé dans un ancien bâtiment industriel en béton armé, presque entièrement tagué. Ambiance squat assuré.
    Toute l'équipe se retrouve autour du déjeuner : le groupe, le management ainsi que les techniciens, qui sont venus en camion, ingé-son, ingé-lumière, toutes les ombres qui rendent la tournée possible, et sur lesquelles le groupe s'appuie, les yeux fermés. 
    " Yodelice, je le vois vraiment comme un collectif, explique Maxim. Comme une famille. C'est
    une équipe qui s'est construite au fur et à mesure, on a pris les gens avec qui on se sentait bien".
    Les techniciens installent le matériel et l'équipe se marre en entendant les essais son de Damien, le backliner, qui traversent le béton ("one two, yes aïïï"). 
    "J'ai vraiment voulu construire un univers visuel autour de  Yodelice", m'explique Maxim, à table, tout en mâchant son entrecôte.
    En effet, dès le départ, Yodelice a été pensé comme une proposition artistique totale. Parti enregistrer dans une maison en Espagne ( La Casa Yodelice ), il en revint avec les chansons, et élabora avec le designer Bastien Duval la création du personnage. 
    Un des premiers dessins le représentait avec une guitare en forme de tête de mort. Maxim la fit construire. Puis tout a pris forme. Les lumières sur scène, comme un écrin, les musiciens maquillés et deux "arbres" enracinés, à l'arrière-scène, qui répondent au titre du disque, " Tree Of Life". La scènographie est magnifique.

    RENAISSANCE : 

    "Je n'entends pas la guitare !", s'agace Maxim
    La balance est difficile :  le béton résonne, le son ne satisfait personne, la lumière non plus. Le convoi quitte finalement la salle pour le Vieux-Port, pour dîner. Il est 19h, le concert commence dans deux heures, mais aucune tension n'est palpable.
    " Je n'ai pas de stress avant de monter sur scène", explique Sébastien en souriant. Plutôt de l'excitation.". 
    A table, on s'extasie sur le disque de ThemCrookedVulture : " Les chansons sont énorme mais la production est mauvaise, se désole Maxim. Du coup, il est fatiguant à écouter". 
    On dérive sur le nouvel album de Yodelice " On part l'enregistrer en janvier, annonce Xavier. Peut-être à L.A" . Cette fois les trois compères joueront dessus.
    Xavier, ami de longue date de Maxim, est ingénieur son de formation, et Sébastien, musicien accompli, alterne Yodelice et le chant lyrique à l'Opéra ! 
    Pendant ce temps, le Cabaret Aléatoire s'est rempli. Le surprenant Oh! Tiger Mountain chauffe la salle, seul avec sa Gretsch ( "c'est chinois, mais sa sonne !" ), pendant que le trio, sans se presser, se maquille. Quelques traits d'eyeliner, des pattes d'oies soulignées au coin des yeux pour Sébastien, du mascara étalé et des plumes de hibou dans les cheveux pour Xavier, et une larme triangulaire sous l'oeil droit pour le chanteur. Enfin, devant la glace, Maxim enfile ce feutre melon à la Jarmusch, duquel une plume blanche semble s'envoler, et quelque chose dans sa physionomie change : Yodelice vient de renaître

    VOYAGE MUSICAL : 

    De l'autre côté du rideau, la salle est pleine. Son air de squat berlinois tranche avec l'univers du groupe, mais il faudra s'en contenter. Les lumières s'éteignent, et le groupe débarque sous les cris. 
    Les trois premières chansons, jouées pratiquement dans le noir, font monter la tension. 
    "C'est plus rock sur scène", m'avait annoncé Xavier.
    C'est peu de le dire. Les Paul en main, Tube Screamer au pied, Maximveloppe un son énorme. Ou est passée la folk contemplative du disque ? 
    Le public s'emballe avec le groupe, et entre de plain-pied dans ce voyage musical.
    Le premier single, Sunday with a flu, finit d'enflammer la salle, grâce au contact privilégié qu'entretient le trio avec le public pendant le show. Pourtant, " ce groupe tient à pas grand chose", avait glissé plus tôt Maxim
    En effet : ils ne sont que trois, sans batteur. Mais grâce à un dispositif originale, Yodelice parvient parfois à prendre des accents zeppeliniens : Sébastien au violoncelle amène des graves puissants, Xavier alterne guitares et percussions diverses , tandis que Maxim, grâce à un sampler et une grosse caisse située juste derrière lui, dont il actionne la pédale avec le talon, assure une rythmique
    sur chaque temps, comme un battement cardiaque. Le jeu de guitare du frontman est une merveille de précision et de musicalité. Quelques titres donnent lieu à des solos viscérablement blues, avec des touches rockabilly, des bends liquides, des pentatoniques viscérales
    Au violoncelle, Sébastien étonne par sa virtuosité et l'émotion qu'il tire de son instrument, tandis que Xavier, avec la même réserve qu'il affiche au quotidien, habille toutes les chansons de bricolages sonores, ou cogne sur des toms pour appuyer la chanson. J'enrage de devoir rester devant pour prendre des photos : coincé entre les retours et la façades, aux pieds du groupe, je n'ai droit qu'à un son sale et mou. Le concert semble passer à une vitesse folle. Les musiciens paraissent un peu déçus par le son, mais ravi de la réaction du public " On reviendra à Marseille ! ", s'exclame Maxim après une séance de dédicaces d'une demi heure. La soirée se termine autour d'une bière sur le Vieux-Port
    Pas d'orgie, pas de coke, de groupie ( en tout cas pas devant moi ) ; pas d'images d'Epinal. "C'est impossible de tenir le coup si on fait trop la fête", m'explique Maxim. "Au bout de quelques jours, sinon je perds ma voix". 
    3 heures du matin. Le repli à l'hotêl s'impose.

    MARSEILLE-NICE : 

    "Tu noteras dans ton papier que c'est toujours toi qu'on attend ! ", s'amuse Maxim au fond du taxi, devant l'hôtel. Pas du matin, le journaliste. Direction Nice pour le deuxième concert. La salle est plus grande, et le concert complet depuis deux semaines. C'est un théâtre, où le public sera assis. Dès la balance, le son semble énorme, même si l'ingé-son semble s'arracher les cheveux. 
    Pourtant l'ambiance au sein de l'équipe est étrange : tout le monde est épuisé, le silence dans les taxis ainsi qu'au déjeuner, a été épais. Une certaine tension est même palpable : ce soir, il y aura de la famille et des amis, ainsi qu'une nouvelle chanson avec une apparition de Cécile Cassel, la soeur de Vincent. C'est aussi la dernière date avant les très importantes soirées parisiennes à la Cigale, le lundi et mardi suivants.
    J'interviewe Maxim dans une loge, pour mieux connaître son histoire, mais l'exercice lui est pénible. Son parcours est pourtant interéssant. Aujourd'hui âgé de trente ans, il plonge très tôt dans le monde de la musique. Après une école de musique à Londres, à 16 ans, il devient musicien de studio, pour imiter ses idoles du moment, les requins de séance californiens. Mais très vite, c'est la désillusion. " Je me suis laissé happer dans un système. J'en étais arrivé à une mort artistique. Je n'ai jamais eu l'impression de faire de la sous-musique, mais au bout d'un moment, j'avais le sentiment d'aller au bureau, avec des recettes de travail. Je ne jouais plus de mon instrument"
    Il décide alors de chercher un éditeur, afin d'écrire des chansons pour les autres. Un ami d'ami le met en contact avec Santi, ancien de la Mano Negra, alors à la tête de Polygram. Il débarque dans son bureau avec l'insolence de son jeune âge, la guitare en bandoulière, et lui chante trois chansons. C'est gagné, il décroche son premier contrat d'édition
    Quelques années plus tard, alors qu'il a 20 ans, c'est à nouveau Santi qui le propulse à la production du groupe issu de l'émission Popstar, les L5 et à cette occasion, il se retrouve sous les feu des projecteurs. Il semble sur la défensive à ce sujet ("ce n'était pas une proposition artistique passionnante, mais bon, à l'époque j'avais 20 balais, et il faut que je gagne ma vie, quoi"), mais je comprends vite pourquoi:" je suis dans l'excuse, parce que ça m'a suivi. En fait, les gens ne m'en parlent que depuis que Yodelice existe, comme si c'était mal. C'est idiot et très français : je connais des tas d'excellents musicien qui ont joué à la fois sur les disques de la Star Ac' et sur des trucs plus branchés et pointus". 
    D'ailleurs comment aurait-il refusé à 20 ans, de se retrouver aux manettes d'un studio prestigieux - ICP Bruxelles - pendant un mois entier?
    " Ensuite, mon parcours m'a amené à écrire des chansons que j'étais incapable de donner à quelqu'un d'autre, et, moi qui n'ai jamais su vraiment chanter, je me suis mis à les chanter comme j'aurais aimé qu'elles soient chantées"
    Je sais que Maxim hait la promo, j'abrège donc l'interview :  de toute façon, la partie de sa vie qui a noirci les pages de Voici n'intéresse pas GP. De plus, le concert approche, et la nervosité monte. Je le laisse se concentrer, avec un pressentiment que toute cette tension serait transformée, le soir venu en énergie pour la scène.

    SPACE ODYSSEY

    Backstage, l'ambiance s'améliore, Xavier enchaînant des classiques à la guitare, comme Space Odyssey ou Street Spirit et Maxim se chauffant sur une idée de chanson à venir pour le prochain album... Dès l'entrée en scène, le pressentiment se confirme : la tension s'est transformée en une énergie sauvage, animale. Le son de la guitare est énorme. Je me faufile devant pour les photos, mais il est difficile de se glisser entre les filles qui scandent le prénom du chanteur. A partir de là, mes notes deviennent chaotiques : souhaitant profiter un peu du concert, je commente comme je peux :
     
    "1. folie public. Tension. Tripes.   2. Enorme. QOTSA. Wake me up : phrase scandées dans sampler façon "Fight Club".     Blood is Burning : solo Keith Richards. Enorme."

    Ensuite, les pattes de mouche, qui ont progressivement débordé de ma feuille sur mon bras, faute de place, deviennent illisibles ;  si, "énorme" est noté quatre fois. 
    Le concert se termine en Kumbaya cosmique, lorsque sur la dernière chanson, une dizaine de filles investissent la scène pour danser avec le groupe. 
    Dans le train du retour, je réecoute le disque, si différent du live, alors que dehors, les éléments se déchaînent. Une météo parfaite pour ces chansons calmes et habitées, folk et mélancoliques. Je repense à cette phrase de Maxim, au sujet de la naissance de Yodelice, et je me dis qu'elle résume parfaitement son univers ; " Il y avait une évidence, que j'étais arrivé à maturité à un moment de ma vie, que j'avais enfin un truc à raconter". 




    Source :
    http://www.thomasbaltes.com/yodelice-dans-guitar-part

    et merci à Nozob pour la retranscription sur le forum La Casa Yodelice


    * * *

    Un article bien écrit et bien construit qui présente le groupe en des mots judicieusement choisis et avec beaucoup de retenue, une certaine classe, à l'image de l'artiste Maxim Nucci .. j'aime beaucoup la façon dont il parle du concert de Marseille .. et ça me touche d'autant plus pour y avoir été ... ayez la curiosité de cliquer sur le lien que j'ai posté, il y a l'ensemble de l'article avec un joli patchwork de photos .. le tout est bien conçu et très visuel ...


    votre commentaire
  • Hier soir je suis allée voir Yodelice en concert ... Yodelice est un groupe nouvellement formé par trois artistes d'immense talent : Maxim Nucci auteur, compositeur, interprète, le plus connu des trois puisque déjà révélé par le film "Alive !" et par un premier album passé malheureusement inaperçu, Xavier Caux, batteur et bassiste et Sébastien Grandgambe, violoncelliste ..

    Arrivée relativement tôt, je me suis trouvée une place de choix à la barrière sur le côté, tout comme j'aime, idéalement placée pour être tout à la fois à fond dans le concert et pour prendre des photos ...

    Après une première partie inintéressante (surtout parce que le son était très mauvais et qu'on ne comprenait rien ni quand il parlait et encore moins quand il chantait, et aussi parce qu'impatiente), Yodelice investit la scène joliment décorée ...

    Et là .. un véritable choc et visuel et musical ... une sacrée claque !!!!!

    Je connaissais l'album et même le tout premier de Maxim Nucci ainsi que la B.O de "Alive !", qui amorçaient déjà le style et annonçaient de meilleurs augures pour celui-ci (pourtant totalement différent), mais je ne m'attendais certes pas à un tel concert ...

    Yodelice est une sorte de personnage lunaire et fantasque que Maxim Nucci définit comme ....

    "... son clown, sa seconde peau, son refuge" ... "Yodelice n’existe que quand il chante et c’est bien comme ça. Yodelice est le passé , le présent, le futur, un miroir qui s’ouvre gràce à ceux qui l’écoutent. Je ne sais pas d’où il vient ni comment il arrive, je ne fais que lui ouvrir grand mes bras. Comme un collage qui prend forme, Yodelice m’inspire et guide mes pas. C’est bon. Le sol s’efface, il fait soleil même la nuit, et les oiseaux chantent aussi… Yodelice s’est trimballé aux quatre coins du monde, vêtu de poussiere et d’eau, il ne ressemble pas à grand chose. Le soir quand fini le concert ,je me retourne, et sur la scène où il m’abandonne j’ai l’espérance qu’il n’est pas seul."

    Yodelice / Maxim Nucci ne peut que conquérir les coeurs et les oreilles ... alors que son premier album en français est un peu inégal (bien que comportant de bien jolies chansons ma foi y'en a des bien pires qui font des succès allez comprendre !!), que la B.O. du film "Alive !" révèle des titres absolument renversants , l'album Tree of life est un véritable bijou du premier au dernier titre, tout en anglais ... (j'en ai déjà parlé d'ailleurs il y a quelque temps, au mois d'avril pour être plus précise, dans un autre  bulletin ...) ..... un tournant à 180 degrés, en se détachant de la variété française facile, un choix délibéré de faire tout autre chose voire une vraie prise de risque qui ne peut que forcer l'admiration  ...

    Et sur scène, il prend une toute autre dimension, alliant un visuel très personnel (le personnage atypique et pittoresque, les jeux de lumière magnifiques) avec des titres très musicaux, aux mélodies magnifiques, aux orchestrations sublimes, interprétés magistralement, étirées à l'infini ... c'était trop court (1 h 30 pourtant) mais j'y serais bien restée toute la nuit !!!!!

    Maxim Nucci détient une tessiture vocale extraordinaire et un timbre très particulier qui m'a tout de suite séduite, de ces voix légèrement brisée, douce et voilée mais toutefois puissante et profonde, qui prennent de l'intensité dans les montées toujours sûres et tenues ... il a non seulement une excellente technique mais également une  vraie musicalité ... qui plus est il joue de la guitare comme un dieu, en changeant tous les deux titres, se servant sur son arbre à guitares qui trône au milieu de la scène ...

    Il a su se créer un univers très personnel, jamais vu jusqu'alors, et il a une qualité d'interprétation comme j'ai rarement entendue jusqu'à présent (hormis les quatre artistes dont je suis une fan inconditionnelle donc forcément subjective ... et donc concernant Maxim Nucci je suis donc relativement objective ... !!!!!!!! lol !!!) .... c'est une sorte de doux dingue, de fou gentil chantant, il se promène comme un pantin désarticulé, il virevolte et de temps à autre, il se pose pour nous offrir des ballades qui vous filent les frissons et vous font dresser les poils au garde à vous !!!

    Musicalement, il frôle la perfection, me rappelant parfois certaines orchestrations de Supertramp (et pour moi c'est LE groupe de référence cultissime) ... il propose des instants de musique pure et des solos énormissimes ...

    Je suis restée scotchée à ma barrière complément abasourdie par cet immense talent ... mes pieds pesaient lourd dans le sol ... j'étais paralysée et ébahie .... !!!!!

    C'est un artiste, un vrai artiste, rare, généreux, simple et humble, et un homme charmant, disponible, souriant, patient .. et surtout TROP TROP BEAU !!!!!!!!!!! beaucoup de charme, de charisme, une personnalité attachante ...

    Il est resté un bon moment pour distribuer dédicaces, bisous, mots gentils, poser pour les photos, parler avec les fans, échanger, partager ... 

    C'était une soirée hors du temps, une parenthèse magique ...

    J'aimerais bien renouveler rapidement l'aventure à ses côtés ..

    J'étais jusqu'alors séduite je suis désormais conquise ...

    (ps : photos postées sur mon Facebook)

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Alors là .. quelle découverte .. ce matin, comme tous les samedis et dimanches matins, j'ouvre Deezer et en écoute sur la page d'accueil, le site propose cet album en écoute .. dès les premières notes, dès que la voix monte, je suis conquise .. dans la lignée de la bonne pop-rock que j'aime .. une voix douce et veloutée aux intonations irlandisantes .. un album acoustique tout en rondeurs .. aux mélodies mélancoliques .. certains titres sont plus minimalistes et intimistes d'autres plus colorés et vifs .. certains aux orchestrations simples d'autres aux orchestrations plus complexes et recherchées .. une alternance très intéressante et très agréable à l'écoute ... le morceau final est une petite merveille ....

    Et en faisant rapidement quelques recherches sur le net, quelle n'est pas ma surprise de constater que l'auteur et compositeur de cet album n'est autre que .. Maxim Nucci .. que je rangeais dans la case "chanteur à minettes" ... comme quoi les a priori sont parfois hâtifs et trompeurs ...

    Alors là je dis CHAPEAU l'artiste ..

    Quant au look, moi je dis .. Soan n'a rien inventé ..

    Je vous jure l'album est MAGNIFIQUE et le garçon charmant !! .. mon énorme coup de coeur du jour ..

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique